• Levée de l'avis préventif d'ébullition de l'eau - Ville de Saint-Joseph-de-Beauce | En savoir plus

Vous ou un proche pensez au suicide?

  • Votre souffrance est devenue insupportable?
  • Vous ne savez plus quoi faire pour apaiser cette souffrance?
  • Le suicide vous apparaît actuellement comme la seule façon de diminuer votre souffrance?

Parlez-en, c'est le premier pas pour s'en sortir. Ne restez pas seul avec vos problèmes. Agissez. Parlez à quelqu'un en qui vous avez confiance ou appelez au 1 866 APPELLE (1 866 277-3553). Une personne est là pour vous aider, en toute confidentialité, 24 heures par jour, 7 jours par semaine.

Rappelez-vous

  • Les situations difficiles sont temporaires et peuvent toujours être résolues alors que le suicide est un acte permanent et irréversible.
  • Réglez vos problèmes un à la fois, étape par étape. Donnez-vous le temps de le faire. En les abordant un à la fois, vous pourrez avancer et regagner graduellement espoir, et ce, beaucoup plus rapidement que si vous essayez de tout régler en même temps.
  • Écoutez ce que d'autres ont vécu. 

Idées suicidaires et dépression

Des idées suicidaires peuvent apparaître et parfois persister lors d'une dépression. Il existe des sites de référence pouvant vous aider à reconnaître les signaux d'alarme et les symptômes, à identifier les facteurs de risque et à savoir à qui s'adresser pour obtenir de l'aide :

N'attendez pas d'être devenu incapable de faire vos activités habituelles pour consulter votre médecin de famille ou un psychologue.

Si vous pensez au suicide ou si vous craignez pour votre sécurité ou pour celle des gens autour de vous : 1 866 APPELLE (1 866 277-3553) ou consultez un médecin DE TOUTE URGENCE.

Un de vos proches pense au suicide?

Vous avez des doutes, vous êtes inquiet sur les intentions suicidaires d’une personne et ne savez pas comment réagir? N’hésitez pas à demander de l’aide et du soutien à un intervenant social du 1 866 APPELLE (1 866 277-3553).

Une personne a besoin d’aide :

  • Quand elle montre des signes de détresse comme le découragement, la tristesse, l’isolement, l’agressivité, la colère, l’intolérance, etc.
  • Quand elle prononce des paroles telles que : « Vous seriez tellement mieux sans moi! », « Je veux en finir! », « La vie, ça ne vaut pas la peine! », etc.
  • Quand elle change son comportement, ses habitudes ou son humeur.
Partager