Prévenir le déconditionnement chez les aînés

Ces informations s’adressent aux proches aidants, au personnel, aux intervenants des organismes communautaires ou aux bénévoles qui sont en contact avec les personnes âgées, dans le but de prévenir leur déconditionnement physique et cognitif.

Souffrir de déconditionnement

En période de confinement, les activités de marche et les contacts humains sont limités pour les personnes âgées. En plus, ces personnes sont susceptibles de vivre une détérioration de leur état de santé général et une perte d’autonomie significative reliées aux périodes d’immobilisation prolongées telles qu’un risque de lésions de la peau ainsi que des pertes de capacités physiques, mentales et sociales. 

Voici des exemples de complications possibles : 

  • Des troubles de l’équilibre et de la marche amenant un risque de chutes et de fracture; 
  • Une diminution des capacités physiques (incapacité d’exercer des activités de la vie quotidienne, manque de force musculaire pour se déplacer, grande fatigue, etc.); 
  • Une diminution des capacités cognitives (mémoire, attention, concentration) avec un risque de confusion (propos décousus ou délirants, désorientation, etc.); 
  • De l’anxiété ou de la détresse psychologique.

Ces complications peuvent mener à une hospitalisation ou à des conséquences sévères pour la personne. D’ailleurs, il est démontré que pour chaque jour d’alitement, trois jours de récupération sont nécessaires pour qu’une personne âgée retrouve ses forces. Le fait d’être actif permet à celle-ci d’éviter certaines conséquences graves et de maintenir ses capacités. Il importe que la personne âgée demeure active le plus possible. À moins d’avis contraire du personnel soignant ou du médecin, la personne est encouragée à bouger au maximum de ses capacités afin de maintenir son autonomie, et ce rapidement dans son processus de guérison. 

Quoi faire 

Après vous être informé si certaines contre-indications s’appliquent, voici ce que vous pouvez faire pour aider la personne âgée à maintenir ses capacités.

Autonomie 

  • Inciter la personne à être le plus mobile possible : toutes les raisons sont bonnes pour bouger et faire bouger chacune des parties de son corps, même si la personne malade demeure au lit;
  • Encourager la personne à exécuter le plus de choses possibles par elle-même lors des activités de la vie quotidienne (se laver, se brosser les dents, s’habiller, se peigner les cheveux, prendre ses repas au fauteuil ou à la table, etc.);
  • Encourager la personne à s’asseoir au fauteuil ou lui offrir une aide partielle selon ses capacités (l’encourager à participer au maximum de ses capacités), si possible. Demander de l’aide de l’équipe de soins au besoin;
  • Minimiser le temps de la personne passé au lit et encourager les changements fréquents de position (idéalement toutes les 30 minutes);
  • Faire marcher la personne dans son milieu de vie, idéalement chaque heure, selon ses capacités et, au besoin, en utilisant une aide à la marche appropriée. 

Intégrité de la peau

  • S’assurer que la personne conserve une peau saine bien hydratée et propre;
  • Réduire au minimum le port d’une culotte d’incontinence pour diminuer le risque de rougeurs ou de plaies.

Nutrition et hydratation

  • Encourager la personne à marcher quelques minutes, selon ses capacités avant de s’alimenter, pour stimuler le système digestif;
  • Encourager la personne à manger en s’assurant qu’elle porte ses prothèses dentaires lors des repas et que la nourriture est adaptée à son état. Informer les intervenants du milieu de vie si vous jugez que l’alimentation devrait être davantage adaptée aux besoins de la personne;
  • S’assurer que la personne prend ses repas en position assise, idéalement au fauteuil pour une alimentation sécuritaire;
  • Assurer l’accessibilité à un verre d’eau à proximité et stimuler la personne à boire régulièrement (à moins de contre-indication);
  • Surveiller les signes de déshydratation (ex. : bouche sèche, difficulté à uriner, constipation, étourdissements, modification de l’état de conscience, etc.).

État cognitif

  • Dès que vous entrez en relation avec la personne, dites-lui qui vous êtes pour elle et ce que vous faites, le lieu où elle se trouve, ainsi que la date de la journée afin de contribuer à l’orienter;
  • S’assurer qu’elle porte ses aides visuelles et auditives pour favoriser la communication;
  • Planifier des communications fréquentes avec les membres de sa famille, ses amis ou toute autre personne significative (voir la section « Favoriser le maintien des liens sociaux en contexte de confinement »). 

Élimination

  • Amener la personne à la toilette régulièrement ou planifier des moments pour le faire, pour lui permettre de conserver son autonomie à l’élimination.

Sommeil

  • Favoriser le sommeil nocturne.
  • S’assurer que les conditions propres à un sommeil calme la nuit sont présente (absence de bruit, de lumière, de portes qui claquent ou de bruit provenant du personnel, etc.).

Favoriser le maintien des liens sociaux en contexte de confinement

Afin de favoriser le maintien des liens sociaux entre la personne âgée et ses proches, n’hésitez pas à utiliser les différents outils de communication disponibles (ex. : appels téléphoniques et vidéos, utilisation des médias sociaux). À cet effet, il est possible de consulter l’Aide-mémoire sur l’utilisation de la technologie pour communiquer avec votre proche joint au présent document.

Il est recommandé de porter une attention particulière aux changements dans les capacités et l’autonomie de la personne lors des visites, par téléphone ou par un autre moyen technologique, pour déceler rapidement un éventuel problème. En cas d’urgence, contactez les services d’urgence. Si vous avez des inquiétudes, référez-vous à l’équipe de soins pour qu’une référence soit faite aux professionnels de la santé selon les besoins ciblés. 

Sources 

  • Centre intégré de santé et de services sociaux de Chaudière-Appalaches (CISSS de Chaudière-Appalaches). Prévention du déclin fonctionnel de l’usager adulte – protocole infirmier. Lévis, QC : CISSS de Chaudière-Appalaches; 2019. 15 p. 
  • Institut national d’excellence en santé et services sociaux (INESSS). COVID-19 et la socialisation à distance entre les personnes hébergées et les proches aidants en contexte d’interdiction de visite. Québec, QC : INESSS; 2020. 17 p.
  • Ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Directives pour prévenir le déconditionnement chez la personne aînée isolée dans son milieu de vie en contexte de pandémie, notamment en RPA, RI-RTF et CHSLD. Québec, QC : MSSS, 2020. 15 p. 

Annexes

Ces documents téléchargeables (PDF) peuvent ne pas être conformes au standard sur l’accessibilité des sites Web SGQRI 008 2.0.
Cliquez ici pour obtenir une version accessible d’un document 

Partager