Radiocinématographie de déglutition

L’examen radiologique appelé radiocinématographie de déglutition vise l’analyse des mécanismes de la déglutition. Il étudie les difficultés à avaler. Pour l’examen, nous utilisons un produit de contraste, le baryum. Le baryum est un liquide blanc et épais qui a un léger goût de vanille. Pour réaliser cet examen, nous nous servons de la radioscopie (visualisation des organes en mouvement grâce aux rayons X) et parfois des radiographies standards.

Préparation à l’examen

La radiocinématographie de déglutition ne nécessite aucune préparation particulière.

Déroulement de l’examen

Pour vérifier les mécanismes de la déglutition, nous utilisons le baryum à diverses concentrations et nous mélangeons même le baryum à de la nourriture comme du pain ou des biscuits. Le radiologiste débute l’examen avec du baryum dilué (clair) et augmente graduellement l’épaisseur du mélange à avaler. Pendant que le patient avale les diverses préparations, le radiologiste utilise la radioscopie pour visualiser le mécanisme de la déglutition en temps réel. Il suit la progression du baryum, de la bouche à l’œsophage.

Lorsque l’examen est terminé, toutes les images enregistrées sont analysées par un radiologiste qui rédige un rapport. Ce rapport est acheminé au(x) médecins(s) qui a (ont) demandé l’examen.

Après une radiocinématographie de déglutition, le patient peut retourner à ses occupations, mais il est recommandé de boire beaucoup, car le baryum peut causer de la constipation.

Dans les jours qui suivent l’examen, il est normal que le patient retrouve dans ses selles des résidus de baryum (substance blanchâtre).

Si, dans les deux semaines qui suivent la radiocinématographie de déglutition, le patient doit passer d’autres examens d’imagerie, il doit prévenir le technologue. Des résidus de baryum pourraient nuire aux examens.

Dose de radiation

Pour la radioscopie et pour les radiographies standards, nous utilisons une certaine quantité de rayons X. La quantité dépend de ce que nous voulons obtenir, des produits de contraste utilisés et de l’épaisseur de la structure à radiographier. Les technologues et les radiologistes sont formés pour diminuer le plus possible la dose de radiation sans toutefois nuire à la qualité des images.

Enregistrement et conservation des images

Les images en mouvement produites avec la radioscopie sont enregistrées pour que le radiologiste puisse les revoir lors de la rédaction de son rapport et elles sont conservées dans le dossier radiologique du patient.

Partager