Mammographie : examen de base et incidences complémentaires

Généralités

La mammographie est un examen radiologique consacré à l’étude du sein. Cet examen s’effectue avec un appareil à rayons X dédié uniquement à cet usage : le mammographe. Il y a deux types d’examen : la mammographie diagnostique et la mammographie de dépistage. La mammographie diagnostique est effectuée chez des personnes qui ont des symptômes : masse palpée, écoulement, etc. La mammographie de dépistage cherche la présence d’une lésion chez des personnes qui n’ont aucun symptôme. Au Québec, la mammographie de dépistage est réalisée tous les deux ans chez les patientes âgées de 50 à 69 ans. À cela s’ajoutent aussi les incidences dites complémentaires, réalisées lorsque l’examen de base (diagnostique ou de dépistage) a démontré une zone suspecte. La réalisation d’incidences complémentaires suffit souvent à éliminer tout doute et contribue à diminuer les procédures plus complexes, comme les biopsies.

L’appareil : le mammographe

La détection radiologique des lésions du sein exige des images de grande précision, qui peuvent être obtenues seulement avec le mammographe. Le mammographe possède, entre autres, un dispositif de compression du sein, qui permet à la fois d’obtenir des images de haute résolution et de diminuer les doses de rayonnement utilisées. Le mammographe dispose aussi des accessoires nécessaires pour réaliser les incidences complémentaires.

Préparation à l’examen

Lorsqu'une patiente se présente pour une mammographie, elle doit avoir en main les examens comparatifs antérieurs, s’ils n’ont pas été réalisés au même endroit. Par examens comparatifs, nous entendons les mammographies, les échographies du sein, les résonances magnétiques mammaires, les résultats de biopsies, etc.

Les images numériques peuvent parfois être transférées d’un endroit à l’autre, à condition d’en faire la demande. Pour l’examen, la patiente devra porter une jaquette et nous lui demanderons de se laver les aisselles pour enlever toute trace d’antisudorifique (cause possible d’une fausse image anormale).

Déroulement de l’examen

Cet examen est réalisé par une technologue en imagerie médicale qui a suivi une formation spécialisée en mammographie. Avant de débuter l’examen, la technologue remplit un questionnaire qui trace un bref historique médical de la patiente : le questionnaire anamnèse. La mammographie s’effectue en position debout. Le sein est positionné entre un récepteur et un dispositif de compression. Cette compression est brève et s’arrête dès la fin de la radiographie. Cela peut être désagréable, mais non douloureux. L’examen de mammographie requiert une certaine coopération et une mobilité de la patiente.

Habituellement, deux images sont réalisées pour chaque sein pour une mammographie diagnostique ou de dépistage. Pour ce qui est des incidences complémentaires, elles sont réalisées seulement à la demande d’un radiologiste. À partir des incidences de base, le radiologiste précise la région à démontrer, il détermine l’incidence ou les incidences à faire puis il donne ses instructions à la technologue.

Lorsque l’examen est terminé, toutes les images effectuées sont analysées par un radiologiste qui rédige un rapport. Ce rapport est acheminé aux médecins qui ont demandé l’examen. Après une mammographie, la patiente peut retourner à ses occupations.

Dose de radiation

Pour faire une mammographie, nous utilisons une certaine quantité de rayons X. Les technologues en imagerie qui réalisent cet examen sont formés pour diminuer le plus possible la dose de radiation sans toutefois nuire à la qualité des images. Aujourd'hui, cette dose de rayonnement est si faible que la discussion sur la dangerosité de la mammographie n’est plus d’actualité. Tel que mentionné dans le dépliant d’information du programme québécois de dépistage du cancer du sein, le risque de développer un cancer à cause de mammographies répétées est pratiquement inexistant.

Enregistrement et conservation des images

Les images sont numériques et elles sont conservées dans le dossier radiologique de la patiente.

Partager