Animation des ressources

Plusieurs activités s’offrent aux ressources afin de divertir les usagers et améliorer leur condition physique et mentale.

Les animaux de compagnie

Avoir un animal, c’est bon pour le cœur: Au sens propre, comme au sens figuré : caresser un chat, un chien, procure un sentiment de bien-être chez l’être humain. Des endorphines (hormones) sont alors produites dans notre organisme. Les taux d’adrénaline et de corticoïdes sont abaissés, le rythme cardiaque diminue et la respiration ralentie. Nous diminuons ainsi le risque d’infarctus, d’hypertension artérielle et d’autres maladies cardio-vasculaires.

Les animaux stimulent nos défenses immunitaires : Avoir un chien ou un chat à la maison permettrait de diminuer le risque de développer certaines maladies comme la grippe ou le rhume. Avoir un animal, c’est bon pour le mental et diminue l’anxiété. Les animaux nous calment, nous rassurent et favorisent notre vie sociale. Ils diminuent en quelque sorte le risque de dépression et nous aident à traverser les épreuves de la vie.

Avoir un animal, c’est bon pour la ligne : Les propriétaires de chien ont un risque d’obésité diminué du fait d’une augmentation de leur activité physique pour aller promener leur compagnon. Il semblerait que même les personnes qui ont des chats feraient plus d’exercice physique que les autres. Le chat nous communiquerait son énergie. Il nous donnerait de l’entrain pour bouger et faire du sport. Saviez-vous que les animaux ont, par ailleurs, un effet régulateur sur les comportements boulimiques dont souffrent certaines personnes?

Les animaux aident les malades à guérir, les personnes âgées à se sentir mieux : La présence d’un chat ou d’un chien apaise, rassure, calme. C’est un soutien psychologique indéniable pour une personne âgée. Ils sont également très utiles auprès des personnes qui souffrent de la maladie d’Alzheimer, auprès d’enfants autistes ou dans le traitement de troubles psychologiques et de troubles du comportement.

Avant d’adopter un animal dans votre milieu de vie, sachez qu’il y a plusieurs facteurs à considérer et à réfléchir :

  • Qui s’occupera de l’animal? 
  • Y-a-t-il des gens qui ont des aversions ou des peurs envers les animaux (respect des usagers)?
  • Y-a-t-il des usagers qui présentent des allergies?
  • Les lieux sont-ils adaptés pour recevoir un animal (sécurité)?
  • Comment assurer l’hygiène des espaces (prévention des infections et salubrité)?

C’est un pensez-y bien. Sachez, cependant, qu’à défaut d’avoir votre animal dans votre milieu, il est toujours possible d’opter pour la zoothérapie.

Partager