Herbe à poux

Que faut-il savoir pour bien intervenir?

L’herbe à poux est une plante si envahissante qu’on ne peut aspirer à l’éliminer complètement, mais plutôt à la contrôler. Pour y parvenir, les acteurs doivent s’unir et se mobiliser afin de mettre en place une gestion intégrée de lutte à l’herbe à poux.

Dans cette perspective, le service de santé et environnement de la Direction de santé publique concentre actuellement ses efforts sur la sensibilisation des municipalités de la région face à la problématique et sur le rôle crucial qu’elles jouent dans la lutte à l’herbe à poux. Cette initiative est basée sur la Stratégie québécoise de réduction de l’herbe à poux et des autres pollens allergènes du ministère de la Santé et des services sociaux (MSSS). Il s’agit d’une stratégie interministérielle qui vise à mobiliser les instances gouvernementales afin qu'elles réduisent les impacts sanitaires associés aux pollens allergènes, principalement celui de l’herbe à poux, par des activités de tonte, de fauche ou d’arrachage de la plante à la mi-juillet et à la mi-août, notamment.

Quelles actions privilégier?

Afin de réduire les symptômes, certaines mesures peuvent-être recommandées aux personnes souffrant d’une allergie à l’herbe à poux. Les principales mesures à prendre sont:

  • d’apprendre à reconnaître la plante, de s’assurer qu’il n’y en ait pas dans l’entourage et de l’arracher le cas échéant;
  • de s’abstenir de fréquenter les lieux infestés par l’herbe à poux et lorsque contraint à le faire, porter un masque filtrant, jetable après usage;
  • d’éviter les activités extérieures en particulier celles favorisant la dispersion du pollen (tondre la pelouse, ratisser les feuilles), surtout entre 7 h et 13 h, par temps chaud, sec et venteux;
  • éviter de faire sécher les vêtements à l’extérieur;
  • si possible, laisser les fenêtres fermées pour empêcher le pollen d’entrer dans la maison et utiliser un système de filtration d’air en prenant soin de nettoyer les filtres régulièrement.

Quelle est la situation en Chaudière-Appalaches?

En 2005, la rhinite allergique due au pollen de l’herbe à poux aurait affecté environ 12 % de la population de Chaudière-Appalaches. On estime que ce pollen serait responsable de 50 % à 90 % des cas de rhinite allergique, à la fin de l’été. Au Québec, plus de 17 % de la population est aux prises avec cette allergie.

Les soins de santé (visites chez le médecin, tests d’allergie, médicaments, traitements de désensibilisation, etc.) et autres coûts reliés à l’herbe à poux (absentéisme, achats de systèmes de filtration, etc.) entraînent des coûts importants pour les individus et pour la société. Une étude réalisée en 2005 Cet hyperlien s'ouvrira dans une nouvelle fenêtre. les évaluait à 156 millions de dollars pour le Québec.

Partager