Quelle est la situation en Chaudière-Appalaches?

Les nouveaux cas de cancer :

  • On estime à près de 2 000 le nombre de nouveaux cas de cancer diagnostiqués en Chaudière-Appalaches par année. Ce nombre a presque doublé en 20 ans. Cette hausse provient surtout de la croissance démographique et du vieillissement de la population;
  • Le taux d’incidence du cancer, ajusté pour l’âge, a peu varié durant cette période. La région se situe avantageusement par rapport à la majorité des régions du Québec, particulièrement chez les femmes;
  • Le risque de développer un cancer est 1,4 fois plus grand pour les hommes que pour les femmes.

Les décès attribuables au cancer :

  • Environ le tiers des décès est attribuable au cancer, ce qui en fait la principale cause de mortalité dans la région comme au Québec;
  • Environ 900 décès de cancer sont enregistrés par année en Chaudière-Appalaches. Ce nombre de décès tend à augmenter, tant chez les hommes que chez les femmes;
  • Malgré l’augmentation du nombre de décès, le taux ajusté de mortalité demeure relativement stable chez les femmes et diminue chez les hommes;
  • Chez les hommes, les taux sont semblables à ailleurs au Québec; chez les femmes, les taux y sont inférieurs;
  • Le risque de décéder d’un cancer est de 1,8 fois plus élevé chez les hommes que chez les femmes. Ce risque élevé chez les hommes est attribuable au cancer du poumon, un cancer dont la survie est peu encourageante et qui se développe plus fréquemment chez les hommes que les femmes.

Comment mesure-t-on?

Sources de données :

Les résultats présentés portent sur la mortalité ainsi que sur le nombre de nouveaux cas déclarés annuellement, c’est-à-dire l’incidence. Le Fichier des décès ainsi que le Fichier des tumeurs du Québec ont été consultés. Les données les plus récentes disponibles sont, pour le premier, de 2007 et, pour le second, l’année 2006.

Définitions :

La situation est mesurée en nombre et en taux. Les nombres sont des nombres annuels moyens. Les taux présentés ont été ajustés selon l’âge (ou standardisés). Ces taux sont utilisés à des fins de comparaison particulièrement lorsque le phénomène rapporté est fortement influencé par l’âge. Cet ajustement permet des comparaisons entre différentes populations mais il ne représente pas une mesure réelle d’une population.

Saviez-vous que

Au moins 50 % des nouveaux cas de cancer correspondent à trois types particuliers?

  • Pour les hommes : les cancers de la prostate (23 %), du poumon (20 %) et colorectal (13 %)
  • Pour les femmes : les cancers du sein (29 %), colorectal (12 %) et du poumon (12 %).
Partager