Discussion sur les niveaux de soins dans un contexte de pandémie

Les circonstances exceptionnelles reliées à la pandémie de la COVID-19 nous font vivre des temps tendus et incertains. Cette nouvelle réalité nous emmène à chercher ensemble des moyens pour nous préparer à ce qui est susceptible d’être un monde différent, du moins temporairement. Le contexte actuel offre l’opportunité à toutes les équipes de se mobiliser pour ouvrir une discussion sur le niveau de soins avec les résidents et leurs proches. Une discussion qui mériterait d’ailleurs d’avoir lieu sur une base régulière.

Par conséquent, les médecins en collaboration avec les autres professionnels sont invités à mettre à jour le niveau de soins des personnes les plus vulnérables parmi leur clientèle. Cette démarche concerne autant les personnes chez qui la réflexion n’a jamais eu lieu (par exemple, les résidents nouvellement admis en centre d’hébergement) que celles pour qui la dernière discussion à ce sujet date de plus d’un an ou encore chez qui une modification récente de leur état de santé a été observée. Il est certain que ces échanges tenus dans un contexte d’urgence, alors que nous préconisons des valeurs telles que la santé de la population, le bien commun ou la justice sociale, sont susceptibles de générer tensions et insécurités auprès des personnes visées et de leurs proches.

Vous trouverez plus bas quelques principes éthiques qui pourront vous guider lorsque vous amorcerez cette délicate discussion avec une personne. Cette perspective éthique souligne l’importance d’entretenir le dialogue et de préserver le lien de confiance au moment d’établir un niveau de soins. L’objectif de cet outil est de soutenir les intervenants dans leur démarche pour donner un sens au respect de l’autonomie et de la bienfaisance en contexte de pandémie.

Respect de l’autonomie: Faire preuve d’engagement et de transparence

Faire preuve d’engagement en contexte de pandémie demande de préserver les usagers et le personnel du chaos social. Une approche qui permet de communiquer de l’information qui aide à comprendre, à saisir le sens et à mettre en confiance doit être privilégiée. Cet engagement envers les usagers et leurs proches solidifiera le lien de confiance dans un contexte d’incertitudes et d’inquiétudes.

Agir avec transparence requiert que le processus décisionnel soit ouvert, il demande donc d’engager un dialogue honnête avec les résidents et leurs proches. Cet entretien permet de fournir une information juste et pertinente afin de les rassurer sur le fait que d’établir le niveau de soins à privilégier n’est pas arbitraire et que cette décision vise à prendre soin d’eux en respectant leur désir en toutes circonstances. Il est important également de se rappeler que c’est une occasion pour la personne d’exprimer ses valeurs et ses volontés.

Collaboration entre les professionnels

Même si le médecin demeure le seul signataire autorisé du formulaire, la conversation peut être initiée par tout autre professionnel de l’équipe traitante qui se sent confortable à le faire; fine connaissance de l’usager (ses maladies, leur évolution / pronostic) et relation de confiance solidement installée avec ce dernier, maîtrise de la signification et des implications de chaque niveau/objectif de soins, aisance à aborder avec sensibilité et respect ces questions, etc.

Bienfaisance: Faire preuve d’empathie

Faire preuve d’empathie fait appel à notre sensibilité face à la perception de la réalité de l’autre. Les personnes vulnérables sont à l’heure actuelle, et pour une durée indéterminée, privées de la visite de leurs proches et de sorties. Ce contexte exceptionnel contribue à générer un climat d’inquiétude et d’incertitude. Dans de telles circonstances, leur cheminement dans le processus de réflexion menant à établir un niveau de soins peut être altéré de différentes façons. Le respect de ce principe exige de ne pas insister auprès des personnes ou leurs proches qui souhaiteraient maintenir un niveau de soins qui vise le prolongement de la vie à tout prix. Cette approche permet de préserver les liens de confiance qui pourraient se trouver fragilisés dans le présent contexte. Une attitude rassurante doit être mise de l’avant, entre autres, en les informant sur ce qui peut et ce qui ne peut plus leur être offert tant sur le plan clinique, psychosocial et spirituel.

Exemple d’approche

« Aujourd’hui, nous nous parlons pour prendre ensemble des décisions par rapport au niveau de soins que vous pourriez recevoir advenant une modification de votre état de santé. Je suis là pour vous supporter et vous donner l’heure la plus juste possible sur les soins qui pourraient être médicalement appropriés pour vous et ceux qui le seraient moins, tout en tenant compte de votre qualité de vie et des ressources qui pourraient être limitées en cette période de pandémie ».

Pour d’autres exemples : https://www.vitaltalk.org/wp-content/uploads/COVID-Guide-French-VT-intro.pdf

Pour un outil d’aide à la décision : www.wikidecision.org

 

 

Références

Pour joindre la cellule éthique de soutien : 418-386-3564;
Bureau_ethique.cisss-caanti-spam@anti-spamssss.gouv.qcanti-spam.anti-spamca

Partager